Alytaus ,,Volungės'' pagrindinė mokykla
Turinys
Žurnalo komentarai
Informacijos puslapis
Į redakciją

Prisijungę vartotojai: 3 (0 registravosi)
My SQL says: Duplicate entry '14302343' for key 'PRIMARY'.
Ma  ville  natale   Alytus
Rodyti originalaus dydžio paveikslą.
Au sud de la Lituanie, au bord d’un fleuve, le plus grand dans notre pays, s’étend une ville, qui se compose de deux parties. Elle est mal connue pour les touristes, mais pour ceux qui la connaissent, elle est un symbole de la beauté, du charme et de la simplicité. Ma ville natale – Alytus!..
C’est une ville à ciel ouvert. Les orages inondent ses rues si larges et si longues a traverser quand il pleut. En été, l’air vibre entre les maisons, en hiver la ville est noyée par la neige, qui fond. La nuit Alytus semble  monotone  quand on le parcourt à pied, superbe et changeant, quand on le traverse en voiture. On peut s’oublier en regardant son ciel qui rampe au ras du sol et semble apprivoisé. Il paraît, qu’il monte la garde et veille sur la ville. On sent que se n’est pas une protection locale: on sent qu’il s’étale au loin sur toute la Lituanie. C’est le ciel du monde avec ses étoiles magnifiques. Grâce a ses parcs, Alytus nous fait faire les petites promenades, qui ne sont pas encloses entre des maisons, ou on suivre les routes, qui conduisent à chaque notre endroit préféré. La route s’évanouit hors de la ville et l’oeil peut presque la suivre dans la campagne.
Très souvent en étant au coeur de la ville, celle qui est la sixième ville lituanienne d’après le nombre de ses habitants (77 000), on est au coeur de la nature. La végétation est très luxuriante ici, malgré les foules des gens qui se dépêchent toujours. A Alytus on peut éprouver l’angoisse de l’écrasement, mais jamais celle de la solitude.
On ne peut pas de ne pas tomber amoureux d’Alytus avant les fêtes. Avant le Noël toutes les lumières des boutiques, les guirlandes qui sont allumées en permanence nous aveuglent et nous font croire aux merveilles. On sent que la ville a son secret et elle ne le livre pas a chacun. Si on veut l’apprendre, on doit être une partie de ses foules, on doit vivre pour cette ville lumineuse et inspirer son parfum superbe. On doit visiter ses églises, qui nous surprennent par leur charme indicible.
Les habitants d’Alytus sont dissipés partout: dans les entreprises qui sont nombreuses ici – l’usine des réfrigérateurs “SNAIGE”, la société “ALITA”, l’entreprise ou plutôt la société de couture “DAINAVA” – dans les parcs, dans les magasins, les supermarchés et boutiques.
Le monument le plus beau et le plus célèbre à Alytus c’est l’Ange de la liberté. On peut le considérer comme le protecteur et le garde de cette ville magnifique.
Alytus accueille ses touristes dans l’hôtel qui se trouve au centre de la ville. Tous les souteneurs fervents du sport, on les trouve dans le palais du sport d’Alytus, ou les compétitions du sport et même les concerts des groupes célèbres ont lieu.
Deux ponts réunissent Alytus avec Alytus I (il est séparé par le fleuve Nièmen) qui sont traversés perpétuellement par des élèves qui vont a l’école et puis en reviennent; par les travailleurs et par des chômeurs, par des femmes et par des homes.
Tous qui habitent ici, a Alytus, sont porteurs et transmetteurs de son âme. Chaque endroit de cette ville a ses saisons et ses touristes. Les cafés et les restaurants sont remplis par les jeunes chaque soir, les forêts, qui entourent Alytus, sont pleins de familles qui s’y reposent, ramassent les champignons ou des baies.
Personne ne pouvait croire que cette petite ville qui avait été fondée en 1377, un jour deviendrait une ville si grande et si belle. La ville a commencé à grandir des qu’elle eut les droits de Magdebourg en 1581. C’est alors que les cinémas, les théâtres, les immeubles pompeux et grandieux on commencé à s’élever. La ville s’est développée a une telle vitesse qu’il était impossible de s’en procurer le plan: chaque mois demanderait un nouvel édifice. Se rappeler de la vieille ville  c’était la même chose comme contempler une photographie fanée. Les tons paraissaient soutenus et arbitraires  qui caractérisaient les mauvaises constructions, les maisons étaient petites et sans couleur. La ville étaient comme mi – morte: aucun mouvement, seulement quelques passants dans la rue, il n’y avait pas de voitures, de camions, de bruit. C’étaient un petit village qui menait la vie tranquille et n’attirait pas attention de grandes villes ni de ses habitants. Tandis  que maintenant…
J’aime énormément ma ville natale. Je sais que je suis née dans une autre ville et on dit, que l’endroit ou on naît a quelque chose de sacré et unique. C’est un lieu unique qu’on n’oublie pas toute sa vie et a qui on doit beaucoup. La ville natale a le droit à notre vie et je veux bien l’offrir, ce droit. A Alytus, même, si je ne vie ici que 15 années. Ce serait mon cadeau a une ville qui m’a élevé et m’élève maintenant, qui m’a appris a aimer et apprécier la beauté…

Lankytojai:1772
Reitingas: (68 vertintojai)
Sukūrimo data:11/11/03
Paskutinieji pakeitimai:09/12/06
Įvertinkite šį straipsnį:
Komentarų dar nėra.
My SQL says: Duplicate entry '14302343' for key 'PRIMARY'.
Impressio eJournal © 2021 Alytaus ,,Volungės'' pagrindinė mokykla Perjungti į Bibliotekos lygmenį